Loi de Hooke

Ut tensio, sic vis

Tel l'a ennoncé Robert Hooke, un fameux scientifique britanique du XVIIème siècle. Il naquit en 1635 à Freshwater sur l'île de Wight d'un père révérend. Après de brillante études, il devient professeur à Oxford, en 1653. Puis en 1960, il découvre la loi qui portera son nom.


La traduction littérale de cette expression est : "Telle tension, telle force" que l'on traduit plus volontiers de nos jours par "la longueur d'allongement est proportionnel à la force". De manière mathématiques, cette loi s'écrit  F=k*∆l avec F la force exprimé en N, ∆l la longueur d'allongement et k la raideur ou coefficient d'élasticité exprimé en N*m-1. Ce ne fut pas sa seule découverte, il fut en effet le créateur du microscope composé qui lui permit d'être le premier à pouvoir observer des cellules. Il mourut en 1703. Pour la petite histoire, il n'existe aucune représentation véridique de Hooke. En effet, étant l'un des principaux rivaux de Newton, lors du déménagement de la Royal academy, dont il était le président, toutes les représentations furent "malencontreusement perdues". 


microscope composé création de Robert Hooke

Conclusion de l'expérience

Grâce à cette expérience, nous pouvons tirer plusieurs conclusions.
Premièrement, nous avons pu constater que la glycérine n'était pas le facteur d'élasticité de notre chewing-gum. En effet, à l'aide du graphique ci-dessus dans lequel les courbes des chewing-gums 1, 2 et 3 sont confondues, nous pouvons constater que leurs valeurs sont les mêmes, et que par conséquent, peu importe la quantité de glycérine, l'élascticité ne fait l'objet d'aucune variation. On peut donc en déduire que le gluten de blé est l'élément responsable de l'élasticité de nos chewing-gums.
Deuxièmement, les courbes des chewing-gums 4 et 5 sont totalement différentes. En effet, la courbe du chewing-gum 4 ayant moitié moins du gluten que dans la recette originale, possède un coefficient directeur très faible, qui fait d'elle, la courbe la plus horizontale des cinq. Au contraire, la courbe du chewing-gum 5 surchargé en gluten, possède le plus grand coefficient directeur (98.944), tandis que la courbe est la plus verticale des cinq. On peut donc dire que l'élasticté augmente de manière inverse à la quantité de gluten.
On remarque donc que la longueur d'allongement est proportionnelle à la force comme nous le disait le scientifique britannique Robert Hooke.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site